Une journée à Pairi Daiza

En cette matinée ensoleillée du mois de mai, Stéphanie se gare devant le domicile de Sarah, à Bruxelles. Stéphanie est coéquipière pour le Petit vélo jaune et accompagne la famille depuis décembre. Le temps d’embarquer les deux jeunes enfants et la poussette dans la voiture, direction le parc de Pairi Daiza, près de Mons.

« C’est l’équipe du Petit vélo jaune qui m’a suggéré une excursion, précise Stéphanie. On a opté pour Pairi Daiza mais cela aurait pu aussi aller passer une journée à la mer ». De fait, le Petit vélo jaune offre à toute famille accompagnée la possibilité de profiter d’un bon-loisir. Une fois par an, c’est l’occasion de faire une activité inhabituelle et de passer un chouette moment en famille. Avec l’aide du coéquipier, la famille organise une activité ou une excursion qu’elle aimerait faire. Cela peut être une journée à la mer, la visite d’un musée, la visite d’un parc animalier, une participation à un abonnement à la piscine, etc. Le Petit vélo jaune propose d’intervenir dans les frais de l’excursion.

Comme Sarah ne connaissait pas du tout Pairi Daiza, les deux femmes ont d’abord consulté ensemble le site web du parc, ses différents mondes et activités ; puis décidé d’une date. Une date pas anodine puisque toute la petite famille est née au mois de mai. « Le timing était idéal car c’était aussi une période où Sarah n’allait pas trop bien, spécifie Stéphanie. Durant cette journée à Pairi Daiza, elle a pu complètement sortir de sa bulle habituelle. Elle souriait tout le temps, était impressionnée, voulait tout photographier, c’était vraiment sa journée à elle ! »

« C’est vrai que j’ai pu vraiment me détacher de tous mes soucis, de mon quotidien, renchérit Sarah. Il faut dire que c’est la première fois que j’allais quelque part. En fait, à bien y réfléchir, je n’avais jamais été quelque part… Avec les enfants, on voulait voir tous ces animaux qu’on avait juste vus à la télé. Des pandas, des tigres, des girafes,…moi c’est surtout les gorilles que j’ai adorés ! 

La journée à Pairi Daiza fut aussi pour Sarah une expérience loin du regard des autres, qu’elle craint tant. « J’étais totalement anonyme dans ce lieu si loin de mon quartier, j’avais le sentiment qu’ici les gens ne te regardent pas, cela m’a fait un bien fou ! » Et Stéphanie de lui rétorquer qu’il ne faut pas forcément aller si loin, qu’il y a des plaines de jeux et des parcs pas très loin de chez elle, qu’il lui suffit de prendre un tram ou un bus pour aller un peu plus loin, loin des regards de ses voisins. Et voir Pairi Daiza comme un tremplin vers de nouvelles activités avec ses deux enfants…

Retrouvez le témoignage de Sarah ici